FOCUS SECONDE NATURE
Vendredi 13 mars | 9h15

Carte blanche à Mathieu VABRE, directeur de Seconde Nature

Espace municipal George Conchon
Accès libre

Projections :

2018_Chroniques_Birdsofpray_CREDIT_Pierre-Gondard_-38
Birds of Prey | Victoire Thierrée | France | 2018 | 12'21

La vidéo Birds of Prey se déroule dans la base militaire nucléaire française de St-Dizier (Champagne-Ardenne). Elle s’articule autour du récit d’un pilote de chasse ayant vécu, une grave collision en vol avec un oiseau ayant perforé sa verrière créant le chaos dans la cabine de pilotage. Cet accident aurait pu lui être fatal. C’est la rencontre entre le monde de la Nature et le monde militaire qui est abordé dans cette vidéo à travers la « collision aviaire ». La vidéo se déroule dans le territoire fermé et méconnu, Birds of Prey met en avant le rôle des oiseaux de fauconnerie présente aux abords de la piste de décollage des Rafales afin d’empêcher toute collision avec d’autres oiseaux vivant sur ces terres militaires. L’oiseau de chasse, fruit d’une évolution naturellement lente et précise, est, au fonds, en charge de la protection des avions de chasse. Ils rappellent ici les limites des machines militaires de plus en plus puissantes, rapides et indépendantes, développées par l’Homme. Le titre Birds of Prey signifie en anglais à la fois « oiseaux de chasse » et « drone de combat ».

Hugo Deverchère - Cosmorama - copie
Cosmorama | Hugo Deverchère | France | 2017 | 21'

Produit par Le Fresnoy – Studio national des arts contemporains
Avec le soutien de Neuflize OBC

Cosmorama observe le monde tel qu’il ne nous apparaît pas, rendant visible une strate inaccessible du spectre lumineux. Ce film interroge nos perceptions, nos représentations et tente de réintroduire les notions d’inconnu, d’incertitude et d’étonnement dans notre rapport au monde. Tourné aux abords d’un observatoire, dans un désert de lave – où la Nasa a testé le rover Curiosity avant de l’envoyer sur Mars – mais aussi dans une forêt qui témoigne de l’état de notre continent il y a 50 millions d’années, le film utilise un procédé d’imagerie infrarouge avec lequel les astronomes observent habituellement les objets du « ciel profond » tels que les planètes, nébuleuses et trous noirs situés en dehors de notre galaxie : l’espace filmique recompose un microcosme.

Darwin Darwah - screenshot 4
Darwin Darwah | Arash Nassiri | France | 2018 | 15'

Darwin Darwah est un film stéréoscopique réalisé en images de synthèses. Au cours d’un unique plan séquence, la caméra s’enfonce dans les catacombes de Paris pour nous révéler une épigraphie du web. Selon ces nouveaux mythes diffusés sur internet, l’histoire de Paris est liée aux Pyramides d’Egypte, elles-mêmes conçues par des extra-terrestres, qui eux-mêmes auraient provoqués l’extinction des espèces préhistoriques et fait naître l’homme sur « Terre ».

Ce film déroule cette histoire parallèle qui fragmente la continuité chronologique de notre Histoire et la continuité spatiale de notre planète. Par exemple la ville de Paris est liée aux Pyramides de Gizeh, ou encore l’antiquité égyptienne est technologiquement en avance sur notre époque. Les distances disparaissent et le passé remplace le futur. Dans ces théories numérico-conspirationnistes, les périodes historiques et les sites géographiques se brouillent et se mélangent pour former de nouvelles combinaisons qui reflètent notre ère digitale. Les informations de Wikipédia, de blogs et de films s’associent librement pour tisser ce nouveau passé qui décrit notre présent.

Reconnue depuis plus de 10 ans pour son engagement précurseur dans la création artistique contemporaine à l’ère numérique, Seconde Nature a pour mission d’accompagner les mutations culturelles de notre société à l’ère numérique au travers des regards singuliers et sensibles des artistes.

L’activité́ de l’association s’articule autour de 5 axes :
• La création et le soutien d’artistes émergents ou confirmés
• La programmation pluridisciplinaire avec les institutions culturelles partenaires
• L’éducation artistique et la sensibilisation auprès des publics
• Le développement des pratiques amateurs et la formation professionnelle
• La structuration professionnelle et la coopération internationale : réseaux nationaux, européens et internationaux des arts numériques

En 2018, ZINC et Seconde Nature se sont associés pour initier l’évènement CHRONIQUES, biennale internationale dédiée aux arts et cultures numériques sur le territoire de la Région Sud à l’automne. Évènement artistique et culturel d’envergure internationale, dans le champ du numérique, sur la métropole Aix-Marseille ; ce temps fort est composé d’expositions, d’installations dans l’espace public, de spectacles, de concerts, de temps de médiation numérique, de colloques et d’ateliers pratiques. Une plateforme de production avec près de 20 partenaires permet de produire des créations diffusées pendant la Biennale sélectionnées sur appel à projet internationaux. La deuxième édition aura lieu du 12 novembre au 20 décembre 2020.

Mathieu VABRE

Fondateur et directeur depuis juillet 2016 de l’association Seconde Nature, Mathieu Vabre est spécialisé dans les relations entre arts contemporains et technologies. Directeur artistique depuis 2010 de Seconde Nature, il a travaillé sur de nombreuses expositions et programmations comme Chroniques des Mondes Possibles, temps fort autour des arts et des cultures numériques dans le cadre de la capitale européenne de la Culture Marseille Provence 2013, Matière Cinéma en 2014, Irisations en 2016 ou Langages Machines en 2017. Producteur délégué, il accompagne également des artistes dans la création d’œuvres, installations ou spectacle comme Etienne Rey, Nicolas Clauss, Félicie d’Estienne d’Orves, Julien Clauss… En 2018, avec ZINC à la Friche Belle de Mai, il réalise la première édition de la Biennale des Imaginaires Numériques : Chroniques sur la métropole Aix- Marseille Provence.

fr_FRFR_FR
en_GBEN fr_FRFR_FR